Artigos

Pourquoi la Littérature?


Au sujet d’écrire… J’ai découvert très tôt que mon grand objectif était d’écrire. Je suis une grande consommatrice de livres et aujourd’hui je peux évaluer tout ce que j’ai appris à travers eux, le long de ma vie. Mes premiers exercices littéraires ont commencé tôt, à 14 ans. J’écrivais des poésies, des histoires et des chroniques et je reconnais que la motivation de ma famille dans ce processus, surtout de mon père, a été fondamentale pour ma formation, puisque dès très petite, je vivais toujours entourée de livres. Lire c’est penser. Lire c’est réfléchir. Lire c’est grandir comme être humain.

La lecture est capable de nous transporter aux mondes secrets, à des aventures fantastiques et merveilleuses, au coeur des émotions humaines, tant de fois incompréhensibles! J’avais un professeur de Littérature Brésilienne qui disait:

 

« L’art c’est l’imitation de la vie. La littérature est l’imitation de la vie. Mais la vie est beaucoup plus grande et plus complexe que tous les arts, y incluse la littérature, puisqu’on peut toujours recommencer la lecture d’un livre, dans le cas de doute sur son sujet. Avec la vie, cela n’arrive pas. La vie ne nous permet pas de retourner la page quand nous ne la comprenions pas ».

 

Je n’ai jamais oublié cela, et j’ai cru toujours que les manifestations artistiques sont les grands talents qui nous sont accordés afin que nous puissions comprendre mieux la vie et à nous même, reflétés dans les pages d’un roman, dans les conflits vécus par les personnages, dans les images d’un beau tableau, dans les accords d’une musique qui nous touche l’âme.

 

 

Et pour cause, écrire. Et pour cela, essayer de transformer en art les secrets du coeur, et les partager avec le monde entier. Toujours. Por isso, escrever.

Il y a des auteurs inoubliables ! Qui n’a pas sa liste de préférences? Mes passions littéraires sont:

Fernando Pessoa: tout ce qu’il écrit est assez divin !
Clarice Lispector: de même.
Manuel Bandeira: c’est touchant.
Vinicius de Moraes: une passion éternelle.
Carlos Drummond d’Andrade: on l’aime dès la première lecture.
Jorge Amado: le visage et la synthèse de Brésil. Merveilleux.
Lygia Bojunga Nunes: mon icône.
Shakespeare: sans mots. Il n’y a rien à dire !
William Blake: voir les abîmes de l’âme humaine… Divin.
John Donne: touchant.
Whalt Whitman: grand et merveilleux poète.
Gabriel Garcia Marquez: historique, remarquable et inoubliable.
Jorge Luis Borges: il m’a fait mieux comprendre les labyrinthes inextricables du texte littéraire.

 
Les Français: tous, sans exception, des vrais Maîtres. On peut ajouter des dizaines de noms à cette liste…